Le marché de Québec a continué de battre des records d’activité en mars malgré l’incertitude créée par la COVID-19 - APCIQ - Site web

Québec, le 6 avril 2020 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

« La crise sanitaire ne semble avoir aucunement pesé sur l’activité transactionnelle dans la RMR de Québec en mars alors que le marché est demeuré vigoureux », note Charles Brant, directeur, Analyse du marché à l’APCIQ. « Toutefois, les nouvelles inscriptions sont en forte baisse, ce qui laisse croire que les acheteurs et les vendeurs pourraient rester sur les lignes de côté au cours des prochains mois. »

Le marché tournera au ralenti dès le mois d’avril en raison des mesures de distanciation sociale instaurées par le gouvernement pour lutter contre la propagation du virus. Très peu de promesses d’achat risquent donc d’être déposées, les visites de propriétés en personne devant cesser pendant l’arrêt des activités de courtage.

« Le mois de mars sera ainsi probablement le dernier mois de l’année à afficher une croissance aussi robuste des transactions », d’ajouter M. Brant.

Au total, 1 139 ventes ont été enregistrées au cours du mois de mars 2020, soit une hausse de 30 % par rapport au même mois l’an dernier et un niveau d’activité jamais atteint pour cette période depuis que le système Centris compile les données (2000). Pour le premier trimestre dans son ensemble, 2 960 transactions ont été enregistrées, soit une progression notable de 34 %.

Variation des ventes par secteurs

  • En mars, chacun des principaux secteurs de la RMR de Québec a connu une croissance importante de l’activité transactionnelle.
  • Avec 222 ventes, le grand secteur de la Rive-Sud de Québec est en effervescence avec une hausse marquée de ses transactions (+34 %).
  • Celui de l’Agglomération de Québec a également enregistré une hausse prononcée de 30 % de son activité (782 ventes).
  • Finalement, la Périphérie de Québec a vu ses ventes augmenter de 23 % au cours du mois (135 ventes).

Statistiques par catégories de propriétés

 Pour l’ensemble de la RMR, les ventes de maisons unifamiliales ont crû de 26 % en mars avec un niveau de transactions se fixant à 811 unités. Au cours du mois, on dénombrait 4 132 inscriptions en vigueur, soit une baisse de 16 %.

  • Les ventes de copropriétés, quant à elles, se sont nettement démarquées avec une progression impressionnante de 42 % par rapport à mars 2019, à 261 transactions. Le délai de vente moyen s’est raccourci à 166 jours, soit 9 jours de moins qu’à pareille date l’année dernière.
  • Dans le segment des plex de deux à cinq unités, les ventes ont augmenté de 25 %. Les inscriptions en vigueur étaient en baisse de 9 %, à 575 unités, contre 633 un an auparavant.

 « Si le niveau élevé de l’activité en mars est en partie attribuable à la réalisation de transactions amorcées plus tôt dans l’année, le marché de Québec continue sur son élan et démontre la solidité de la reprise qui prévaut jusqu’ici. Celle-ci est soutenue par de solides fondamentaux économiques et une confiance encore accrue des ménages », souligne Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ. « Les trois baisses successives des taux d’intérêt semblent avoir été perçues comme une occasion supplémentaire d’acheter une propriété à bon prix dans un marché en reprise, plutôt qu’un signal d’incertitude quant aux perspectives économiques », fait-elle remarquer.

 Au chapitre des prix

  • Toujours à l’échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 4 %, pour s’établir à 267 900 $.
  • Le prix médian des copropriétés est demeuré relativement stable à 188 000 $ (+1 %).
  • Le prix médian des plex de deux à cinq unités a pour sa part reculé de 2 %, à 313 000 $.

 Nombre de propriétés à vendre

En mars, on dénombrait 6 923 inscriptions résidentielles en vigueur dans la RMR de Québec, soit une baisse sensible de 15 % par rapport au même mois l’année précédente.

Pour accéder à tous les tableaux de statistiques du mois de mars et du cumulatif 2020, cliquez ici.

À propos de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 13 000 courtiers immobiliers et agences immobilières. Elle est responsable de promouvoir et de défendre leurs intérêts en tenant compte des enjeux auxquels est exposée la profession et des diverses réalités professionnelles et régionales de ses membres. L’APCIQ est également un acteur important dans plusieurs dossiers immobiliers, incluant la mise en place de mesures favorisant l’accès à la propriété. L’Association diffuse des statistiques sur le marché immobilier résidentiel au Québec, offre de la formation, des outils et des services liés au domaine de l’immobilier et facilite la collecte, la diffusion et l’échange d’information. L’APCIQ a son siège social à Québec et des bureaux administratifs à Montréal et possède deux filiales, soit la Société Centris inc. et le Collège de l’immobilier du Québec. Suivez ses activités sur apciq.ca ou par l’entremise des réseaux sociaux Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

À propos de Centris

Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

– 30 –

Renseignements :

 

Taïssa Hrycay
Directrice
Communications et marketing
1 888 762-2440 ou
514 762-2440, poste 157
media@apciq.ca