Québec, le 16 juillet 2020 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

Ainsi, 2 126 transactions ont été réalisées au deuxième trimestre, ce qui représente une diminution de 11 % par rapport à la même période en 2019.

Ventes

  • Causé par la crise sanitaire sans précédent, le ralentissement de l’activité transactionnelle enregistré d’avril à juin a mis fin à une série de six trimestres consécutifs de hausses à ce chapitre.
  • Par catégories de propriétés, les ventes d’unifamiliales ont reculé de 12 %, alors que 1 467 maisons ont changé de mains. Les ventes de copropriétés (515) ont pour leur part diminué de 7 %, tandis que celles de petits immeubles locatifs de deux à cinq logements (140) ont chuté de 19 % comparativement à un an plus tôt.
  • Sur le plan géographique, 1 426, 382 et 318 transactions résidentielles ont été réalisées respectivement dans l’Agglomération de Québec, sur la Rive-Sud et dans la Périphérie nord. Cela représente des reculs de 16 % pour l’Agglomération de Québec et de 1 % seulement pour la Rive-Sud. La Périphérie nord a plutôt contredit la tendance baissière, avec une croissance d’activité de 3 %.
  • Plus en détail, Les Chutes-de-la-Chaudière-Ouest (+20 %) et les MRC de L’Île-d’Orléans et de La Côte-de-Beaupré (+17 %) se sont démarquées en étant les seuls secteurs ayant enregistré une progression des ventes.

Prix

  • Le prix médian des unifamiliales a stagné à l’échelle de la RMR, où la moitié des maisons unifamiliales ont été vendues à un prix supérieur à 266 500 $ (0%).
  • Géographiquement, les secteurs de Sainte-Foy/Sillery (380 000 $) et de Les Rivières (270 000 $) se sont démarqués en enregistrant une hausse soutenue de 8 % du prix médian des unifamiliales. Les secteurs de Charlesbourg (257 000 $) et des Chutes-de-la-Chaudière-Est (249 000 $) ont également bien fait à ce chapitre, avec une croissance de 5 % par rapport au deuxième trimestre de 2019.
  • Dans l’ensemble de la région métropolitaine, le prix médian des copropriétés (185 000 $) a reculé de 5 %, tandis que le prix médian des plex s’est élevé de 1 %, à 303 750 $.

Inscriptions en vigueur

  • Le nombre d’inscriptions en vigueur s’est replié de 23 % au deuxième trimestre de 2020, avec en moyenne 6 135 propriétés à vendre sur le système Centris des courtiers immobiliers.
  • On observe une baisse notable de l’offre pour chacune des catégories de propriétés, soit de -24 % pour les inscriptions de maisons unifamiliales, de -19 % pour celles de copropriétés et de -25 % pour celles de plex.

« Comme l’APCIQ l’avait prévu, l’activité du marché de la revente a connu une baisse relativement modérée au deuxième trimestre, malgré l’impact des mesures visant à limiter la propagation de la COVID-19 », fait remarquer Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ. « La propagation limitée du virus, les fondements solides de l’économie de Québec et la confiance des ménages dans un contexte de très faibles taux d’intérêt sont autant de facteurs qui ont soutenu l’activité. Parallèlement, les nouvelles mises en vente ont chuté, assurant un resserrement continu des conditions de marché, toutes catégories de propriétés confondues. »

Conditions de marché

  • Les conditions de marché sont demeurées relativement stables au deuxième trimestre en raison du ralentissement qu’a connu le marché immobilier, tant du côté des ventes que des inscriptions.
  • Le marché continue d’avantager les acheteurs qui envisagent l’achat d’une copropriété ou d’un petit immeuble de deux à cinq logements.
  • Pour l’unifamiliale, l’Agglomération de Québec est le seul secteur de la RMR où les conditions de marché avantagent les vendeurs. Toutefois, à l’échelle de la RMR, les conditions de marché pour l’unifamiliale sont équilibrées.

Délais de vente moyens

  • Il a fallu en moyenne 137 jours (+19 jours), 166 jours (-4) et 146 jours (+27 jours) respectivement pour qu’une unifamiliale, une copropriété et un plex trouvent preneur d’avril à juin.

Pour consulter les statistiques du marché pour l’ensemble de la province, cliquez ici.

À propos de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 13 000 courtiers immobiliers et agences immobilières. Elle est responsable de promouvoir et de défendre leurs intérêts en tenant compte des enjeux auxquels est exposée la profession et des diverses réalités professionnelles et régionales de ses membres. L’APCIQ est également un acteur important dans plusieurs dossiers immobiliers, incluant la mise en place de mesures favorisant l’accès à la propriété. L’Association diffuse des statistiques sur le marché immobilier résidentiel au Québec, offre de la formation, des outils et des services liés au domaine de l’immobilier et facilite la collecte, la diffusion et l’échange d’information. L’APCIQ a son siège social à Québec et des bureaux administratifs à Montréal et possède deux filiales, soit la Société Centris inc. et le Collège de l’immobilier du Québec. Suivez ses activités sur apciq.ca ou par l’entremise des réseaux  sociaux FacebookLinkedInTwitter et Instagram.

À propos de Centris

Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

– 30 –

Renseignements :

 Taïssa Hrycay
Directrice
Communications et marketing
1 888 762-2440 ou
514 762-2440, poste 157
media@apciq.ca