Chute libre des inscriptions en vigueur et envolée des prix sur le marché immobilier résidentiel des Laurentides au deuxième trimestre de 2021 - APCIQ - Site web

L’Île-des-Sœurs, le 19 juillet 2021 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel des principales agglomérations de la région des Laurentides , établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

Les quatre principales agglomérations des Laurentides ont vu leur nombre de ventes augmenter au deuxième trimestre de 2021. Celle de Mont-Tremblant a connu une hausse particulièrement importante (+125 %), soit au total 236 transactions. Elle avait enregistré le déclin le plus marqué des quatre agglomérations au deuxième trimestre de 2020 (-41 %) en raison de la crise sanitaire. Les effets de la pandémie sur le marché immobilier doivent d’ailleurs être considérés pour mettre en contexte les chiffres présentés ci-dessous.

De leur côté, Sainte-Adèle (216 transactions), Saint-Sauveur (324 transactions) et Sainte-Agathe-des-Monts (132 transactions) ont enregistré des gains de 21 %, 17 % et 6 %, respectivement, par rapport à la même période en 2020. Le nombre de ventes dans ces localités avait été de 169, 317 et 97, respectivement, en 2019.

À Mont-Tremblant, la hausse des transactions s’est accompagnée d’une hausse du prix médian de 36 % pour les unifamiliales et de 11 % pour les copropriétés, pour atteindre 427 000 $ et 328 000 $ respectivement. Les copropriétés ont généré un intérêt substantiel dans l’agglomération pendant la période, avec une croissance de 153 % des ventes, pour un total de 134 transactions. Les unifamiliales ont aussi été populaires dans la localité, avec une hausse des ventes de 79 %, pour un total de 86 transactions. Cette croissance de l’activité a amené une diminution du nombre de propriétés disponibles sur le marché, qui a reculé de 39 %, à 332 propriétés.

Dans l’agglomération de Sainte-Agathe-des-Monts, le prix médian des unifamiliales est passé à 335 000 $ au deuxième trimestre de 2021, un bond de 24 % par rapport à la même période en 2020. Les inscriptions en vigueur, toutes catégories confondues, sont passées à 129 dans l’agglomération, une chute de 57 % par rapport à l’année précédente, mais une légère augmentation (+7 %) comparativement au premier trimestre de 2021.

À Saint-Sauveur, les prix ont connu des hausses majeures par rapport à l’année précédente, le prix médian des unifamiliales étant passé à 465 000 $ (+47 %), et celui des copropriétés, à 289 000 $ (+38 %). Le nombre de ventes n’a toutefois pas augmenté de manière aussi importante, atteignant un total de 265 transactions (+12 %) pour les unifamiliales et de 45 (+36 %) pour les copropriétés. Les inscriptions en vigueur dans le marché local ont totalisé 268, une chute de 58 % par rapport à l’année précédente.

Du côté de Sainte-Adèle, le prix médian des unifamiliales a atteint 400 000 $ pendant la période, un bond record de 54 % comparativement au deuxième trimestre de 2020. Les inscriptions en vigueur ont diminué de 48 %, soit au total 238 propriétés résidentielles à vendre dans l’agglomération.

« La chute de l’inventaire de propriétés résidentielles à vendre dans les principales agglomérations des Laurentides a entraîné une hausse vertigineuse des prix au cours du dernier trimestre sous le coup des situations de surenchère, dans un contexte de surchauffe du marché », souligne Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché de l’APCIQ. « Les gammes de prix inférieures avaient fait l’objet d’une demande accrue en 2020, ce qui a contribué à la dynamique. Bien que le nombre de transactions ait connu une augmentation comparativement au deuxième trimestre de 2020, la quantité limitée de propriétés de qualité encore sur le marché et la forte hausse des prix pourraient entraver davantage l’accession à la propriété aux premiers acheteurs locaux », ajoute-t-il.

Pour consulter les statistiques du marché pour l’ensemble de la province, cliquez ici.

À propos de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 13 000 courtiers immobiliers et agences immobilières. Elle est responsable de promouvoir et de défendre leurs intérêts, en tenant compte des enjeux auxquels est exposée la profession et des diverses réalités professionnelles et régionales de ses membres. L’APCIQ est également un acteur important dans plusieurs dossiers immobiliers, incluant la mise en place de mesures favorisant l’accès à la propriété. L’Association diffuse des statistiques sur le marché immobilier résidentiel au Québec, offre de la formation, des outils et des services liés au domaine de l’immobilier et facilite la collecte, la diffusion et l’échange d’information. L’APCIQ a son siège social à Québec et des bureaux administratifs à Montréal et possède deux filiales, soit la Société Centris inc. et le Collège de l’immobilier du Québec. Suivez ses activités sur apciq.ca ou par l’entremise des réseaux sociaux Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

À propos de Centris

Centris est une entreprise technologique, dynamique et innovante du secteur immobilier. Elle collecte des données et offre des solutions hautement adaptées aux besoins des professionnels. Parmi ces solutions figure Centris.ca, le site immobilier le plus consulté au Québec.

– 30 –

Renseignements :

Banque d’images (crédit APCIQ) disponible et sans frais.

Marjolaine Beaulieu
Relationniste
Communications et marketing

1 888 762-2440 ou
514 762-2440, poste 238
media@apciq.ca

Télécharger le PDF