Baisse de l’activité moins prononcée qu’à l’échelle provinciale dans la RMR de Québec - APCIQ - Site web

Québec, le 6 mai 2020 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

Au total, 403 ventes ont été enregistrées au cours du mois d’avril 2020, soit une chute de 55 % par rapport au même mois l’an dernier. Comme prévu, la mise en pause de nombreux secteurs économiques pour lutter contre la propagation de la COVID-19 par le gouvernement provincial depuis le 23 mars 2020, dont celui des professionnels de l’immobilier, s’est ainsi manifestement répercutée sur les activités des courtiers et le marché de la revente dans la RMR de Québec.

Variation des ventes par secteurs

  • En avril, une chute historique de l’activité transactionnelle pour cette période de l’année a été enregistrée dans les principaux secteurs de la RMR de Québec.
  • Cependant, le secteur de la Rive-Sud de Québec figure parmi les marchés qui ont connu la moins forte baisse des ventes dans la province, avec une diminution de 42 % de son activité (81 ventes).
  • Le secteur de la Périphérie nord de Québec limite aussi l’écroulement des ventes, avec 56 transactions enregistrées en avril (-53 %) contre 118 au cours de la même période en 2019.
  • Finalement, le secteur de l’Agglomération de Québec a vu ses ventes reculer de 59 % (266 ventes).

Statistiques par catégories de propriétés

  • Le segment des plex de deux à cinq unités se démarque par un recul des ventes relativement réduit de 24 %. Les inscriptions en vigueur étaient aussi en baisse de 21 %, à 520 unités contre 656 un an auparavant.
  • Les ventes de copropriétés ont quant à elles connu une contraction de 50 % par rapport à avril 2019, à 103 transactions. Malgré les circonstances exceptionnelles, le délai de vente moyen est descendu à 149 jours en avril, soit 29 jours de moins qu’à pareille date l’année dernière.
  • Les ventes de maisons unifamiliales, qui représentaient la majorité des transactions (260 ventes), ont enregistré la plus forte chute de l’activité (-60 %). Au cours du mois, on dénombrait 3 886 inscriptions en vigueur, soit un repli de 20 % pour ce segment. 

Au chapitre des prix

  • Toujours à l’échelle de la RMR, le prix médian des unifamiliales s’est replié de 2 % pour s’établir à 260 000 $.
  • Le prix médian des copropriétés a également décliné de 4 %, à 185 000 $. Le prix médian des plex de deux à cinq unités a aussi connu une légère baisse de 2 %, à 322 000 $.

Nombre de propriétés à vendre

En avril, on dénombrait 6 518 inscriptions résidentielles en vigueur dans la RMR de Québec, soit une baisse notable (-20 %) par rapport au même mois l’année précédente. Il s’agit d’un seuil qui n’avait jamais été atteint depuis décembre 2014 pour cette période de l’année. Cette contraction soudaine s’explique essentiellement par les chutes successives des nouvelles inscriptions de 26 % en mars 2020 et de 75 % en avril 2020 par rapport aux mêmes périodes de l’année dernière.

« Les mesures prises par les autorités pour contrer la crise sanitaire se sont traduites par une chute un peu plus marquée des nouvelles inscriptions comparativement aux ventes dans la RMR de Québec. Les acheteurs se sont encore montrés relativement actifs compte tenu des circonstances alors que les vendeurs ont reporté leur projet de vente de leur propriété », fait remarquer Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ.

« Même si cette baisse record des nouvelles inscriptions se traduit par une diminution importante des inscriptions en vigueur, les conditions de marché ont cessé de se resserrer. Le marché demeure en faveur des acheteurs. Ceci explique la légère diminution des prix dans ce contexte d’incertitude. Les courtiers sont prêts à soutenir leurs clients dans leur transaction immobilière après la pause imposée par la pandémie. Des règles sanitaires sont en place pour collaborer de façon responsable », ajoute-t-elle.

Pour accéder à tous les tableaux de statistiques du mois d’avril et du cumulatif 2020, cliquez ici.

À propos de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 13 000 courtiers immobiliers et agences immobilières. Elle est responsable de promouvoir et de défendre leurs intérêts en tenant compte des enjeux auxquels est exposée la profession et des diverses réalités professionnelles et régionales de ses membres. L’APCIQ est également un acteur important dans plusieurs dossiers immobiliers, incluant la mise en place de mesures favorisant l’accès à la propriété. L’Association diffuse des statistiques sur le marché immobilier résidentiel au Québec, offre de la formation, des outils et des services liés au domaine de l’immobilier et facilite la collecte, la diffusion et l’échange d’information. L’APCIQ a son siège social à Québec et des bureaux administratifs à Montréal et possède deux filiales, soit la Société Centris inc. et le Collège de l’immobilier du Québec. Suivez ses activités sur apciq.ca ou par l’entremise des réseaux sociaux Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

À propos de Centris

Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse. La Société Centris offre aux intervenants du secteur de l’immobilier l’accès à des données immobilières et à une vaste gamme d’outils technologiques. Centris gère aussi le système de collaboration utilisé par plus de 13 000 courtiers immobiliers québécois.

– 30 –

 

Renseignements :

Taïssa Hrycay
Directrice
Communications et marketing

1 888 762-2440 ou
514 762-2440, poste 157
media@apciq.ca